PORTRAIT DE PASSIONNES

XAVIER FERNANDEZ : CHERCHEUR ET PASSEUR DE SAVOIRS

Xavier Fernandez a deux passions : la chimie et l’enseignement. Chercher, explorer, partager et faire comprendre sont ses missions quotidiennes au sein de l’Université Côte d'Azur (UCA) où il est coordonnateur des DU Arômes, Parfums, Cosmétiques et directeur du Master FOQUAL (Formulation, Analyse, Qualité) et du MSc Management) of the Flavour and Fragrance Industry. 

Alors qu’il se prédestinait à une carrière d’ingénieur dans une entreprise privée, il aura fallu “une rencontre professionnelle inattendue” pour faire changer le cours de sa carrière et réaliser sa thèse. Ce doctorat poursuivi dans le domaine de la synthèse organique d’arôme alimentaire lui a donné le goût de la recherche mais également l’opportunité d’enseigner. Cette double révélation Recherche/Enseignement le dirige donc tout naturellement vers une carrière universitaire.

Après une année d’enseignement-chercheur contractuel, il est recruté en 2002 comme Maître de Conférences à l’Université Nice-Sophia Antipolis dans une équipe qui s’intéresse aux produits naturels. Très rapidement, il intègre l’équipe de direction du DESS FOQUAL qu’il dirige à partir de 2004 (lors du passage des DESS en Master). Il passe son habilitation à Diriger des Recherches en 2007 et est recruté comme professeur en 2012.

Dans le cadre de la création d’un Pôle centré sur le naturel avec le Club des Entrepreneurs du Pays de Grasse (Observatoire Mondial du Naturel)  et en particulier avec ce Master FOQUAL, Xavier a donc rejoint à temps partiel la capitale de la parfumerie : « les étudiants ont la chance de bénéficier des entreprises locales dans le cadre de leur apprentissage : c’est pratique » reconnaît-il. Et les sujets de recherche appliquée ne manquent pas. Localisées dans le Bâtiment J-L Lions, les promotions se succèdent depuis bientôt 10 ans pour décrocher ce diplôme. 

De plus, depuis la reconnaissance des savoir-faire liées au parfum comme patrimoine immatériel de l’humanité en 2018 à laquelle il a fortement contribué, il a déposé le projet d’une chaire Universitaire UNESCO qui rassemblera 15 universités du monde entier.

En attendant la réalisation de cette nouvelle aventure il revient sur son parcours : « je suis rentré dans la filière par la synthèse mais ce qui me plait le plus c’est le naturel. Je suis tombé dans le parfum par hasard » raconte alors Xavier.
Il avoue avoir une « fascination pour la chimie et les ingrédients naturels, leur complexité, leur mystère même. On n’est jamais à l’abri d’une découverte ». Au fil de ses rencontres, il s’enrichit auprès de mentors et peu à peu, tout en poursuivant son activité de chercheur, il souhaite à son tour transmettre. 

Dès lors, quand il ne cherche pas, il enseigne ! Devant les étudiants, le trac est source d’énergie « et diminue au fil du temps »... Pas son enthousiasme !

« La recherche a un impact sur la société, explique-t-il. C’est un domaine pointu qui mérite d’être expliqué, compris et transmis. Les étudiants se transforment durant 5 années d’études, tant du point de vue des savoir-faire que du savoir-être. Nous contribuons à cette transformation : c’est notre rôle citoyen ». 

Dans ses recherches comme dans l’enseignement, la dimension humaine est d’ailleurs primordiale. Impliqué, investi, passionné, Xavier consacre son énergie aux étudiants... qui le lui rendent bien : « On se sent utile et leur reconnaissance est stimulante » reconnaît-il.

Un travail qu’il aime mener en équipe « de manière transversale et collective » avec ses collègues chercheurs et ingénieurs, mais aussi avec tous les acteurs de la profession.

Parmi eux, les membres de Grasse Expertise.  « En participant au dossier de reconnaissance des savoir-faire du Pays de Grasse à l’UNESCO, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes, des métiers et des talents que je n’aurais jamais eu l’occasion de croiser. Je les retrouve au sein du réseau ;  nous avons conscience que nous avons de l’or à cultiver, qu’il faut valoriser les cultures. Nous sommes en bonne voie ! ». 

Par ailleurs, en 2020, l’Université Nice Sophia-Antipolis, principal acteur de l’enseignement supérieur dans les Alpes-Maritimes disparaîtra au profit d’Université Côte d’Azur (actuellement Communauté d’Université dont l’Université Nice Sophia-Antipolis est membre)

La création de cette grande université va conduire à de nombreux défis parmi lesquels plusieurs sont liés au territoire grassois et ses acteurs. De très beaux projets en perspective...